Les grandes héroïnes de l'opéra

Un récital riche en émotions où nous retrouvons avec délice les grands airs du répertoire lyrique : Tosca, Traviata, Faust, Roméo et Juliette... Ces héroïnes nous transportent dans leur tourbillon de sentiments exacerbés servis par des musiques flamboyantes d'un romantisme passionné.

Distribution :


Cynthia Ranguis, soprano
Céline Gimbert, piano

Avril 2019 - Auditorium maison des Association - Arles

Mars 2019 - Bastide Granet - Aix en Provence (13090)

Janvier 2019 - Auditorium du Moulin des Arts - Rognac (13340)

Décembre 2018 - Eglise Saint-Pierre - Saint Pons de Barcelonnette (04400)

Un thé chez Satie

Entrez dans l'intimité d'un salon chez Satie, afin de déguster quelques mélodies surréalistes accompagnées de mignardises opératiques inattendues, saupoudrées de quelques étincelles pianistiques étonnantes... Laissez vous séduire par l'atmosphère irrationnelle et inouïe de l'univers
poétique et musical surréaliste.


Distribution :


Cynthia Ranguis, soprano
Céline Gimbert, piano

Mai 2019 - Rognac

Novembre 2017 - Concert Privé - Meyrargues (13650)

Août 2017 - Eglise Notre Dame de l'Assomption - Rouffilhac (46300)

Juin 2017 - Concert Privé - Rognes (13840)

Octobre 2016 - Musée de la Maison Breton - Saint Cirq Lapopie (46330)

Le rêve de Juliette

Cruel destin que celui de Juliette et de Roméo condamnés par la haine de leurs familles à ne point pouvoir vivre leur idylle. Consumée par une passion plus forte que la raison, la belle véronèse achèvera la quête de cet amour impossible dans son tombeau.

Ce récital figure le parcours imaginaire et poétique de cette jeune héroïne. À la recherche de son Roméo exilé, elle vagabondera entre pays slaves et latins. Grieg, Dvorak, Rachmaninov croiseront Bellini, Verdi et Gounod dans un univers marqué par la présence de Shakespeare, Tolstoï ou encore Pouchkine.

Distribution :


Cynthia Ranguis, soprano
Céline Gimbert, piano

Août 2016 - Eglise Saint Laurent - Oze (05400)

Juillet 2016 - Eglise Saint Pierre - Barcelonnette (04400)

Août 2015 - Château de Vitrac - Vitrac (24200)

Août 2015 - Place de l'Eglise - Domme (24250)

Août 2015 - Place du Marché - Saint Cirq Lapopie (46330)

Août 2015 - Place du Foirail - Fogeac (46100)

Mars 2015 - Auditorium du Moulin des Arts - Rognac (13340)

Juillet 2014 - Eglise  Saint-Séverin - Sénaillac Lauzes (46360)

Décembre 2013 - Eglise Saint Michel - Coudoux (13111)

Mai 2012 - Chapelle Saint Pierre - St Chamas (13250)

Tang'Opéra : de Buenos-Aires à la Scala

De grands couples tels que, musique savante-populaire, écrite-orale, jalonnent l'histoire de la musique depuis l'époque médiévale. Tang'opéra est la contraction de deux genres qui semblent obéir à cette opposition ; l'opéra représentant l'avers noble de la grande musique et le tango la face cachée, impure, du divertissement de bas-fond. Deux univers dichotomes réunis par l'expression et la mise en scène, théâtrale ou chorégraphique, de sentiments forts et variés. Astor Piazzolla, figure emblématique du tango argentin, réussit à créer un genre spécifique, un univers musical en soi, au-delà des catégories stylistiques ; il y a le tango... et il y a Piazzolla ! Un avant et un après.
C'est dans cet esprit que fut pensé ce concert : tangos, opérettes et grands airs d'opéra se croisent et se rencontrent pour ne plus former qu'un vaste univers métissé où les forntières s'abolissent. La violence mâtinée de sensualité du tango étreint les douces mélodies du bel canto italien sous le regard amusé d'Offenbach. Une musique plurielle bien singulière.

Distribution :

Cynthia Ranguis, soprano - piano

Christophe Floquet, accordéon - piano

Janvier 2014 : L'Espass à Rognac
Avril 2013 : Chapelle St-Pierre à St-Chamas
Avril 2012 : CAM à Rognac

Mars 2012 : Berre L'Étang

Juillet 2011 : Sénaillac-Lauzes (Lot)
Juillet 2010 : Sénaillac-Lauzes (Lot)
Février 2010 : Église de Coudoux

Jusqu'au bout des ongles

« Je compose pour le tiroir… » juste quelques mots, simples, banalement simples, glissés sur du papier signés Fanny Hensel-Mendelssohn. Cruelle désillusion teintée d’amertume que de composer pour des tiroirs, triste réalité d’un monde dans lequel les clés de l’existence sont détenues par l’homme sans h majuscule. Dans ce XIXème siècle naissant être une femme majuscule relève de l’exploit, presque du fantasme. Qui se souvient de Louise Farrenc ? personne. Qui se souvient de Fanny ? personne… ah si, Fanny la sœur de Félix Mendelssohn le grand compositeur. Exister à côté de, être la femme de, conditions difficiles pour ces femmes artistes qui aimeraient être reconnues pour ce qu’elles sont. Des compositrices.

Compositrices ! même ce nom sonne comme une dissonance ; difficile d’accepter que l’on puisse s’approprier un genre que l’on croyait à tout jamais masculin.

Ce combat pour la reconnaissance a touché deux artistes, femmes elles aussi ; Marion Liotard pianiste et Cynthia Floquet soprano ont décidé d’ouvrir le tiroir de deux grandes figures du XIXème siècle, Fanny Hensel-Mendelssohn et Clara Schumann. Rencontre de femmes, tout simplement autour de quelques lieder traitant essentiellement d’un sujet impérissable : l’amour. Exhumer avec délice un répertoire fossilisé par l’ombre patriarcale d’un Mendelssohn ou l’aura matrimonial d’un Schumann relève ici d’un devoir et d’une revanche.

Le lied, univers microcosmique, union magique de la poésie et de la musique symbolise parfaitement l’amertume de ces femmes, alchimie de fragilité et de rugosité. Difficile effectivement de ne pas ressentir dans le choix de ces quelques pièces la souffrance et la solitude de ces artistes étouffées mais également une volonté quasi Nieztschéenne d’exister et d’affirmer la suprématie de leur art. En effet des mélodies finement ciselées, alliées à des harmonies subtiles alternant avec des passages plus vifs aux rythmes heurtés qui ne sont pas exemptes d’une certaine… virilité. Dernier clin d’œil malicieux à ce clivage masculin féminin avant de plonger dans cette littérature de toute beauté. Gageons que ce duo par son talent nous convaincra définitivement que la musique n’a pas de sexe.

Distribution :

Cynthia Ranguis, soprano

Marion Liotard, piano

Juin 2010 Eglise de Coudoux

Mai 2010 Château de Bouc bel Air

Mars 2010 Salle Yves Montand Saint-Chamas

Mars 2010 La Grotte à Ventabren

L'Amour en éclats !

Tisser une trame autour de la relation amoureuse entre un homme et une femme sans tomber dans des poncifs réducteurs semble relever de la gageure. « Pari osé, pari relevé »pourrait cependant être la maxime de ce trio composé d’une soprano, d’un ténor et d’une pianiste ; le Trio, figure emblématique, résonance naturelle du triangle adultérin dans lequel se nouent et se dénouent les volutes de la passion amoureuse.

L’action qui se déroule de la chambre au salon, de la cuisine à la salle à manger dessine à dessein le destin d’une vie. Au travers de cet oculus se reflète le miroir d’une existence, le miroir de votre existence. Destins croisés, charmes rompus, vies brisées, amours voilés vous entraînent dans une toile tissée de mains de maîtres. La musique, belle et sensuelle, violente et charnelle, servie par le timbre de voix envoûtantes et parfois déroutantes opère sa fonction cathartique. La mutité de la pianiste vient contrepointer sans emphases les relations ambivalentes du couple de chanteurs.


Les corps se meuvent dans l’espace, s’entrelacent, se choquent pour laisser sur le sol les brisures de l’amour en éclats. Complexité fascinante, fascinante complexité de ce couple en émoi, véritable spectacle de la vie, l’Amour en éclats ! fera résonner au plus profond de vous-même la délicieuse amertume de la relation conjugale.
Christophe Floquet

Distribution :

Cynthia Ranguis, soprano

Norbert Xerri, ténor

Marion Liotard, piano

Mai 2010 Salle Sainte Victoire à Ventabren

Juillet 2009 Jardins d'Albertas de Bouc Bel Air

Mai 2009 Moulin à l'huile La Fare les Oliviers

Juillet 2008 Château De Gardidel à Coudoux dans le cadre des Estivales